Vous ne connaissez pas la dernière invention suisse ? Mais si, cherchez bien... On en parle dans toute la presse depuis dimanche 9 février 2014... Ils ont, ils ont...
Ils ont inventé les quotas migratoires ! Les salauds.

UDCAffiche

Mon amie Suisse Galinette, m'a envoyé ce texte...

" Je suis Suisse, du canton de Vaud (Lausanne), et j’ai voté NON à l’initiative de l’UDC « contre une immigration massive ».
Si le texte et le titre avaient été différents, plus marketing, je me serais peut-être laissée tenter… si, par exemple, on avait parlé d’une initiative pour réguler l’immigration de façon proportionnée. Le côté « massif » qui joue sur la peur du bon peuple ne m’a pas parlé. Mais de toute évidence il a parlé à beaucoup d’autres Suisses, et je peux les comprendre.

Depuis plus de 20 ans, j’ai la chance de travailler dans des sociétés internationales et mes collègues sont majoritairement de nationalité étrangère. J’ai toujours pensé que ce mélange de cultures, de traditions, de langages, même si ce n’est pas toujours évident et facile à gérer, était intéressant et enrichissant. Il faut s’adapter et faire des efforts.
Je ne suis pas aveugle non plus, et je vois bien que la situation se dégrade dans mon pays, mais pas seulement dans mon pays. Je suis triste quand je vois les problèmes que traversent les pays Européens, mes voisins, mais j’ai de la peine à être en accord avec leur politique actuelle. Pour moi, l’EU est devenue trop grande, trop difficile à gérer, trop politicienne, trop…
C’est vrai, dans ma région (lac Léman) il y a vraiment beaucoup de frontaliers. On ne peut pas leur en vouloir de trouver du travail en Suisse, car c’est leur droit de venir travailler dans un pays à l’économie prospère, qui leur permette de nourrir leur famille. Par contre, en retour il est pénible d’accepter les bouchons sur les routes, les trains surchargés, les aller-retour des bateaux qui traversent le lac. Les infrastructures n’ont pas suivi, et ça devient catastrophique. Pourtant, nous payons beaucoup de taxes et d’impôts en Suisse pour ces fameuses infrastructures…

Là où la situation devient plus difficile à accepter, c’est face au jeu des entreprises suisses, mais aussi étrangères établies en Suisse, qui font de la discrimination à l’embauche.
Il existe depuis quelques années, une réalité assez étonnante au niveau des ressources humaines. C'est vrai qu'il y a beaucoup de français dans ce domaine-là, et je dois dire que j’ignore pourquoi.
Le fils d'un ami Espagnol travaille dans ce secteur au sein d’une grosse société suisse de la côte. Il nous racontait qu'il avait pour instruction claire et nette, de mettre les CV suisses de côté ! Hum... ça la fout mal quand même comme stratégie ! Ca m'a choquée je dois bien l'admettre. Ensuite, il m'a conseillé de regarder les petites annonces emploi, et de faire attention au vocabulaire ainsi qu’aux formations demandées. Malgré des années d’études et plusieurs diplômes suisses, je dois être franche et avouer que j’ai eu de la peine à comprendre les annonces actuelles ! Elles sont souvent truffées de termes français et d’exigences de formations françaises traduites en anglais… et donc soit inconnues ici, soit incompréhensibles. J’aime aussi beaucoup après la demande de diplôme français x, la petite mention « diplôme équivalent possible ». A mon humble avis, quand on parle du marché du travail suisse, on devrait avoir une terminologie suisse, et ensuite mentionner « diplôme équivalent possible ». Pas le contraire ! Mais peut-être suis-je trop chauvine…

Le dumping salarial est une réalité dans mon coin. C'est même assez grave, surtout si l’on compare les salaires par rapport aux charges suisses. Par contre, je peux difficilement parler pour les autres régions.

Dans mon entourage... voici le cas d'un ami cuisinier de métier, 52 ans, possédant la patente. On lui propose un temps plein à CHF 3400.00 brut / mois.
Désolée, mais tu ne peux pas vivre décemment avec ce salaire en Suisse. Alors il a dit non. Le chômage lui a coupé un mois de prestations pour refus de poste. C’est clair que CHF 3400.00, ça fait EUR 2700.00… Le salaire d’un cadre bien payé ! Mais en Suisse avec 3400.00 brut / mois, ça devient très très difficile… ce, vu le prix des loyers et des assurances, je ne vois pas trop comment il aurait pu accepter ce travail.

C’est vrai que notre taux de chômage fait rêver les pays Européens, car il paraît très bas. Le hic, c'est que les chiffres et les statistiques sont faux... ici on le sait ! Mais il faut montrer que nous sommes les meilleurs à l'extérieur...
En dessous de 40 ans, le temps moyen pour qu’un travailleur qualifié retrouve un emploi est au minimum de 6 mois. Au-delà de 50 ans, seuls 10% de demandeurs d’emploi retrouveront un poste.
Les ORP (Offices Régionaux de Placement... le Pôle Emploi français) encouragent donc les gens à se mettre à leur compte en prenant sur leur LPP (Prévoyance Professionnelle = cotisations des employés et des entreprises pour leurs employés que l'on touche à la retraite, soit en rente, soit en capital. Il est possible d'en retirer une partie pour se mettre à son compte, ou devenir propriétaire, ou encore repartir dans son pays) , ce qui nous réservera de belles surprises à l’heure de la retraite ! Pas grave, on verra plus tard. Ce qui est important c’est qu’ils sortent des statistiques... On pousse aussi les personnes d’un certain âge à prendre une retraite anticipée qui peut les pousser dans une situation précaire, voire la pauvreté.
Idem pour les personnes en fin de droits qui se retrouvent à l'assistance et sortent des statistiques ! Si on prenait la totalité des gens sans emploi, le taux ne serait pas du tout le même... surtout dans ma région assez sinistrée.
On peut aussi te forcer à faire six heures de trajet par jour pour un job (en gros, tu traverses la Suisse quoi !), alors que tu es maman célibataire ! Le cas d'une amie... elle a fini par faire un burnout. Je ne suis pas sûre que ce soit idéal pour les finances, pour sa santé, pour sa famille, pour la société en fin de compte. Mauvais calcul !
Mais si on est honnête, il y a aussi des jobs que les bons gentils Suisses refusent de faire, et ça aussi c'est une réalité... Les temps changent, les mentalités aussi. Certains métiers redeviennent « intéressants » et finalement, c’est tant mieux !

J’aime mon pays, et même si j’ai voté NON, ce qui est important c’est que nous ayons le droit de voter ce que nous voulons. Cette liberté n’a pas de prix, et bien que le résultat ne soit pas celui que j’espérais pour mon pays, il faut préserver cette démocratie où le peuple a le droit d’exprimer sa voix.

Maintenant, ce qui m’énerve au plus haut point, ce sont les réactions des pays voisins pour qui nous sommes des égoïstes détestables. Si les peuples de ces pays avaient eu la possibilité de donner leurs voix pour la même votation, quel aurait été le résultat ??? Je pense que nous aurions eu de grosses surprises ! Et des pourcentages bien plus élevés…
Parce que c’est bien joli de critiquer et de nous vomir dessus, mais notre pays a un taux d’immigration trois fois supérieur à celui de la France ! Ah là, ça calme tout de suite n’est-ce pas !… Nous sommes un petit pays qui a en son sein plus de 25% d’étrangers. Faites-en autant avant de nous lyncher ! Non, nous ne sommes pas des profiteurs. Ceux qui le disent connaissent mal leur dossier… C’est vrai, nous pouvons être un peuple froid et réservé mais qui n’a pas de défaut !
On nous traite de racistes et de xénophobes… parce que nous voudrions juste ramener à un chiffre gérable le nombre d’immigrés que nous accueillons ? Nous demandons à mettre des quotas car nous ne savons plus comment nous en sortir, et nous aimerions pouvoir continuer à accueillir les gens de manière correcte et agréable pour tous, pour eux comme pour nous.
Nous ne sommes d’ailleurs pas le seul pays à parler de quotas… Les USA sont bien plus stricts ! Comme l’Australie, le Brésil, le Canada et plusieurs pays Arabes. L’année passée, 80 000 nouveaux immigrés sont venus s’installer dans notre beau pays. Cela représente plus que les habitants de la ville de Lucerne, septième ville de Suisse... ça laisse songeur… non ?
Ces derniers temps, nous sommes systématiquement traînés dans la boue par rapport aux histoires bancaires. On s’acharne sur nous car notre économie va bien. C’est de bonne guerre dira-t-on … Je dois bien admettre que je ne suis pas fière des actions de certaines de nos banques… Mais pourquoi ne s’acharne-t-on par pareillement sur l’île de Jersey, sur l’état du Delaware, sur la principauté de Monaco, le Lichtenstein, le Luxembourg, Singapour, etc… La liste est longue mais on ne parle que de la Suisse… !

J'allais oublier une bizarerie... 
Dans mon entourage professionnel, j’ai été étonnée par les réactions très tranchées d’anciens émigrés, de segundos, de naturalisés. Ils ont tous votés OUI !
On en a parlé ensemble, car cet aspect du vote et leur avis m’intéressaient beaucoup. Résultat : « on n'est plus chez nous », « on en a marre »« il y a trop d’étrangers ». Eh bien je dois dire que j’ai ri, et que je me suis dit que finalement, l’intégration fonctionnait bien en Suisse, quoiqu’en disent certains !

Capture d’écran 2014-02-12 à 14


Mais bref, j'ai voté NON... Pour plusieurs raisons.
Je l’ai dit, je n’aimais pas le texte et je ne supporte pas qu’on joue sur la peur pour faire passer ses idées.
L’EU est importante pour notre économie et nous ne sommes pas une île. Nous avons besoin de ce commerce pour vivre et nous épanouir. Même si certains ont tendance à l’oublier, nous faisons partie de ce continent… l’Europe. Nous sommes donc Européens ne leur en déplaise… Par contre, nous ne faisons pas partie de l’EU. C’est tant mieux ! Et on nous envie de ne pas en faire partie… c’est honteux de l’admettre, mais c’est le cas, vu la débâcle actuelle qu’est l’EU.
A cause du résultat de cette votation, les bilatérales vont tomber ou être salement remises en question. C’était le risque. Il est maintenant réel.
Du coup, comme par hasard, on va venir nous dire que hop, c'est le moment d'entrer dans l'EU... La situation va être si difficile, les bilatérales ne seront plus là pour soutenir notre prospérité, etc… On va, à nouveau, vouloir nous faire peur…
Si le non a été si mal défendu ce n'est peut-être pas pour rien. De là à dire que c’était planifié… Les politiques qui étaient pour le non savaient que c'était un sujet super émotionnel, vu les tensions de ces derniers temps, les problèmes de l'EU et de l'euro, ainsi que la criminalité galopante dont nous n’avons pas l'habitude en Suisse. Ils espéraient peut-être que les gens votent oui... Cela fait des années qu'ils veulent nous pousser à entrer dans l'EU, alors c’était peut-être un moyen détourné d’y arriver. Qui sait ?... "

Galinette.

Quoi de plus objectif et honnête que l'avis d'une Suissesse qui a voté NON, mais comprend et peut expliquer le vote OUI ?...

Car bien entendu, à commencer par les Etats-Unis ou le Canada qui les pratiquent depuis des lustres, les quotas viennent d'être inventés par les Helvètes ! Et les pays les plus riches de l'EU, comme la France ou la Belgique n'ont pas de politique d'immigration, c'est bien connu ! D'ailleurs, la Belgique ne vire pas de son territoire des personnes installées légalement depuis des années, qui travaillent... mais pas assez selon les autorités belges !
Alors, la démagogie, ça va un moment ! Soyez un peu honnêtes.

Pour info, je suis contre leur vote, et ex frontalière car venant de Haute-Savoie, mais certains des arguments du OUI sont valables. Par contre, je crois qu'ils ont beaucoup plus à perdre que nous en termes de commerce... Mais justement, puisque nous avons si peu à perdre, nous fiers Européens, pourquoi en faire un tel pataquès ?...
Ne serait-ce pas juste une merveilleuse manipulation visant à convaincre les derniers anti européens que le salut ne passe que par l'EU ?!... Ne serait-ce pas une piste à creuser ? Parce que franchement, un tel acharnement alors qu'on clame qu'ils ont tout à perdre, ça tient presque du lobbying !

contre l'initiative


Pour en savoir plus...

Le politologue suisse Pascal Sciarini, professeur à l'Université de Genève, analyse les motivations et les conséquences  de la votation suisse sur l'immigration : http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/02/09/en-suisse-un-vote-identitaire-contre-l-immigration-pas-contre-l-europe_4363137_3214.html

Réaction de la presse Romande : http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/02/10/la-presse-de-suisse-romande-sonnee-apres-le-vote-sur-l-immigration_4363159_3214.html

Quand les certains Suisses disent tout haut ce que certains Européens pensent tout bas :  http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/02/10/suisse-les-deux-lecons-d-une-votation-inquietante_4363339_3214.html

Ce que dit Fabius : http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/02/10/le-vote-suisse-une-mauvaise-nouvelle-pour-l-europe_4363265_3214.html

La carte du vote suisse : http://www.lemonde.fr/europe/infographie/2014/02/10/vote-anti-immigration-la-carte-du-vote-en-suisse_4363648_3214.html

Réactions suisses : http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/02/10/avec-ce-vote-la-suisse-montre-qu-elle-existe-face-au-poids-lourd-europeen_4363520_3214.html

Les entreprises installées en Suisse inquiètent : http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/02/10/les-milieux-economiques-suisses-s-inquietent-des-suites-de-la-votation_4363835_3214.html
Pour ne plus paniquer, lisez cela : http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/02/10/en-suisse-comment-s-appliquera-l-initiative-sur-l-immigration_4363739_3214.html

Suisse terre d'accueil : http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/02/11/je-me-sens-mal-aime-des-deux-cotes-de-la-frontiere-franco-suisse_4364249_3214.html

A propos du calendrier lié aux mesures découlant de la votation du 9 février : http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/02/12/immigration-la-suisse-annonce-son-calendrier_4365107_3214.html

Quand les Suisses expliquent pourquoi ils ont dit OUI à la presse suisse : http://www.lematin.ch/suisse/dit-oui-dites/story/18628720

Un Français oubliant la réalité de notre pays, et des autres états Européens : http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2014/02/immigration-le-blaspheme-des-s.html

En écoute, un débat à propos du vote suisse sur la RTS avec de nombreux intervenants étrangers : http://www.rts.ch/audio/la-1ere/programmes/forum/5579532-la-suisse-au-c-ur-du-cyclone-a-bruxelles-10-02-2014.html


Et si vous avez aimé cet article, je ne le demande jamais, mais pour une fois je le fais : PARTAGEZ ! Merci.