28 juillet 2014

BRUXELLES GAZA : 3 200 KM À VOL DE COLOMBE, LA HAINE EN PLUS.

Elle est Belge, d'origine congolaise je pense. Elle a la peau noire.
Son amoureux est blanc. Juif de religion.
Un couple mixte qui cumule donc les " tares "... d'autant plus qu'ils ont joué au papa et à la maman " pour de vrai ", en donnant vie à des petits dominos, mélange de noir et blanc... enfants métisses, cafés au lait nés de leur amour. Ebony and ivory mâtinés de judéité.

Avant le début des grandes vacances, leur adolescente de 14 ans s'est vue traitée de " sale juive, tueuse de Palestiniens ",  par des gamins de son école. A Bruxelles.
La gamine est perturbée, ne comprend pas ce déferlement de haine. Que lui arrive t-il à elle, fille de ce couple improbable, élevée dans les valeurs d'amour, de respect des différences, différences dont elle est elle-même issue. Pourquoi lui attribue t-on des actes qui la dépassent, des actes que son grand-père paternel dénonce, lui qui, juif, est allé dans les territoires palestiniens observer la réalité, lui qui fait la part des choses, le modéré qui lui apprend qu'il n'y a pas les bons d'un côté et les méchants de l'autre, que les Palestiniens sont aussi sur leur terre !
colombe_v2-940x500
ALORS TOI, toi qui vas crier des slogans appelant à la haine des juifs, toi qui hurles " A mort les juifs  ! " dans les manifestations en faveur de Gaza, sans même savoir exactement où se situent la Palestine et Israël ; TOI qui participes à ce cirque, juste bon à tenter de déstabiliser les démocraties, drapé dans un keffieh acheté pour quelques euros à des vendeurs, trop heureux de l'aubaine, qui te l'ont refourgué pour, soit-disant, envoyer l'argent récolté aux Gazaouis ; TOI qui ne fais pas la différence entre judéité et nationalité, qui ne sais pas qu'un juif n'est pas forcément Israélien, voire qu'il ne soutient pas forcément la politique expansionniste d'Israël ; TOI qui ne dis rien, mais laisses d'autres écrire des propos empreints d'une xénophobie larvée sur ta page Facebook ; TOI qui envoies des messages de haine envers les juifs sur les réseaux sociaux ; TOI qui, alors que Manuel Valls voulait faire taire un ex humoriste devenu délinquant et agitateur politique d'extrême droite incitant à la violence contre les juifs, toi donc, qui criais au scandale, à la mort de la liberté d'expression, chose encore plus inadmissible quand tu ne vivais pas en France et n'étais donc pas concerné ; TOI qui jamais ne dénonceras un seul acte antisémite mais relayes avec ferveur ce qui se passe à Gaza ; TOI qui ne bougeras non plus jamais pour dénoncer les crimes innombrables commis à travers le monde par les musulmans fondamentalistes contre d'autres musulmans, parce que ce serait faire preuve d'honnêteté intellectuelle, ce dont tu es incapable malgré l'islamisme extrêmement modéré que tu affiches ; TOI qui joues au parfait démocrate, mais ne balances, l'air de rien, que des informations subjectives ne servant qu'une seule des deux causes... en oubliant soigneusement ce qu'est le Hamas et la terreur qu'il représente tant en Israël que dans les territoires palestiniens...

TU ES RESPONSABLE de ce que vit cette gamine, cette petite entraînée dans la souffrance causée par la haine antisémite redevenue ordinaire. Cette haine que les gosses relayent sans rien comprendre, juste parce qu'ils entendent les maux mots des adultes et les répètent comme de petits perroquets décérébrés et dociles, baignant dans une ambiance fétide et malsaine emplie de haine.

Cette histoire est apatride... ou plutôt universelle. Elle peut se dérouler dans n'importe quel pays où l'irrationnelle détestation des juifs est toujours restée tapie, telle une bête immonde et sournoise.

Dans quelques jours, une ado de 14 ans partira en voyage avec ses parents...
Rien d'exceptionnel : juste une famille belge en vacances.
Au Maroc.

 

Posté par Lydoue à 13:43 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


01 octobre 2013

BONS ARABES ET VILAINES PÉTASSES AU PAYS DU POLITIQUEMENT LISSE

" Il faut toujours faire un choix, comme disait Himmler en quittant Auschwitz pour aller visiter la Hollande, on ne peut pas être à la fois au four et au moulin ! " écrivait, entre autres horreurs, le merveilleux Pierre Desproges.
" La France, c'est le seul pays arabe à ne pas être en guerre ! "... ça, c'est du Coluche.

Et je pourrais vous sortir des wagons de citations des maitres de l'humour, souvent disparus et adulés, qui aujourd'hui, dans l'ère du politiquement correct à double vitesse (la seconde partie de ce billet sera consacrée à celle-ci...) seraient conspués et traités de racistes, ou dont l'humour plus noir que noir serait condamné.                          
Je me demande comment des émissions de radio comme " Le tribunal des flagrants délires ", avec Desproges en avocat général et Luis Rego en avocat de la défense, ont pu exister... autres temps, autres mœurs, autres liberté et ouverture d'esprit !

A ce propos, je pense que ce type d'humour extrêmement incorrect est décédé le 6 janvier 1999 au TGI de Paris.
C'est le jour où, Patrick Timsit comparaissait pour propos infamants à l'encontre des handicapés mentaux. Mais si, souvenez-vous : " chez les mongoliens tout est bon, sauf la tête, comme les crevettes roses ".
Certes, c'était fort peu élégant, même vachement blessant pour les personnes concernées, mais des Desproges et Bedos, notamment, n'avaient-ils pas commis bien pire par le passé ? Et ce, sans émouvoir qui que ce soit car, en ces temps bénis où l'humour incorrect faisait se gondoler de rire les foules, lesdites foules savaient établir le distingo entre humour noir, à prendre au quinzième degré, et propos sérieux. La différence entre les paroles de Le Pen et celles de Desproges sur les Juifs était évidente, pour tout le monde. Chacun comprenait. Le Pen = raciste = sérieux / Desproges = condamnation du racisme = humour. C'était évident.
Aujourd'hui, allez tenter un sketch pseudo raciste au quinzième degré, en particulier sur les Juifs ! C'est immédiate levée de boucliers, plaintes, presse, et tout l'toutim !

Aujourd'hui, on ne dit plus :
Noir, mais black...
Arabe (même si les Arabes viennent stricto sensu de la péninsule arabique), mais Maghrébin...
Juif, mais Israélite...
Gros, mais rond ou fort...
Aveugle, mais non voyant...
Sourd, mais mal entendant... ça pour mal entendre, il entend mal !
Nain, mais personne de petite taille...
Femme de ménage, mais technicienne de surface...

Vous voulez que j'vous dise ? Notre monde se veut lisse. J'ai bien dit, se veut, parce que parallèlement à cela, la banalisation des propos xénophobes, homophobes, machistes, etc... ne fait que s'amplifier.
Les manif anti mariage pour tous... un exemple de tolérance n'est-ce pas ?!
Qui n'a jamais entendu les gosses se traiter de pédé ?! En connaissent-ils seulement le sens...  D'ailleurs, les adultes aussi le font... surtout au volant !
Banalisation...

Qui n'a jamais entendu prononcer cette phrase : " Il est Arabe (ou noir, ou Roumain, ou...), mais il est bien ! "
Aaaaaaah, le petit " mais " qui fait tout la différence ! Le petit vocable pernicieux que plus personne, ou presque, ne remarque.
Banalisation...

Je vis comme vous le savez, en Belgique, ce chouette pays que les Français trouvent si sympa... et, il y a quelques jours, je me suis prise la n-ième remarque de xénophobie larvée dans la tronche. Je dis n-ième, car il n'y a que les sourds, les aveugles et les imbéciles pour continuer à penser que la majorité des Belches aiment les Gaulois ! Les légendes ont la vie dure.
Ah bah oui, la donzelle qui stigmatisait ainsi mes compatriotes dans un propos fesseboukien aussi crétin qu'un Michel Leeb imitant les Africains, avait juste oublié que dans ses contacts se trouvait une Française, et pas des moins douées pour la ramener dès qu'un propos stigmatisant un type de population lui file un œdème de Quincke !
Ladite donzelle écrivait en substance, à propos de son licenciement, que dès qu'elle avait su que sa nouvelle chef était Française, elle avait de suite compris que ça sentait le sapin pour elle ! Bah tiens, la nationalité. C'est clair, c'est la raison ! Et sa connerie, c'est parce qu'elle est Belche ?
Dans le genre propos bien xénophobe de bas-étage, je viens de vous en asséner un. Zavez vu comme c'est simple ?! Et... dangereux, car...
Banalisation... encore et toujours !
Ah mais attention, si tu oses faire remarquer la débilité du propos, on t'objecte que, " mais en France aussi, et patati et patata... ". Bah oui, logique, quand on est con avec toi, ça signifie qu'un " con cours " est ouvert et que tu dois faire mieux ! En voilà un chouette argument ! En tout cas, qu'elle se rassure, elle a gagné le concours. Naturellement, strictement personne n'est intervenu pour signifier que mes remarques étaient justifiées. Bah quoi ? C'était pas méchant. Et puis, ça n'incluait pas tous les Français, et que sais-je encore de propos oiseux ne convainquant que son auteur, et encore...

En termes de machisme aussi, notre jolie société toute lisse dont rien ne doit dépasser fait fort.
Alors que j'écris justement ce billet, je discute parallèlement de ce sujet sur un des médias sociaux. Un pur hasard. Mais une preuve de plus que l'attitude est banalement récurrente.
Un de mes copains a plusieurs fois dit, et là il l'a en plus écrit, que globalement, si les filles s'habillent comme des pétasses, avec des jupes ras la fouf, faut pas s'étonner qu'il y ait des agressions, et qu'ensuite elles ont bon dos à aller se plaindre.
Et moi d'expliquer qu'il a tout faux, que c'est du domaine de la liberté de chacun de se vêtir comme il le souhaite, que les hommes ne sont pas des bêtes incapables de réfréner leurs pulsions et que, RIEN, strictement aucune attitude, fut-elle un brin allumeuse, ne justifie une agression. Sur ce, je me fais traiter de féministe par un crétin qui en rajoute une couche ( car dès que tu tiens des propos liés au respect de nos droits, tu es forcément féministe pour les possesseurs de QI de mollusque n'ayant pas la moindre idée de ce qu'est le féminisme ! ), et plus tard (alors qu'il y a un moment que la discussion est close, du moins en public) un dégénéré me demande si... j'ai subi des sévices en étant plus jeune ! Imaginez juste, si ça avait été le cas... Le connard dans toute sa splendeur !
C'est encore ça la banalisation.
Ces jugements à l'emporte-pièce, justifiant, certes sans en faire l'apologie, mais excusant tout de même les violences faites aux femmes, ne choquent que peu de monde. Ces réflexions s'entendent fréquemment dès que plusieurs hommes discutent...

Alors non, ça n'est pas pour plaisanter car les mots ne sont jamais posés par hasard. Une partie au moins reflète toujours notre pensée. Et tant que dans ce monde, qui joue hypocritement au politiquement correct, chacun fera en sorte - par lâcheté, par manque d'envie de se prendre la tête - de se taire, de ne pas relever... tous ces vilains sentiments continueront à progresser et à passer pour ce qu'ils ne sont pas; à savoir de l'humour, de la légèreté, de la banalité...

Maintenant, je vous le dis.
Je mesure 1,83m. Je suis grosse. Non, pas forte, j'ai du chewing gum dans les biceps. Pas ronde, je ne suis pas la Belucci. Mon père était Catalan, déporté politique. Ma mère de parents Turcs, d'origine espagnole, et juive. Ma tante est Allemande. Elle est arrivée après la guerre, enceinte de mon oncle maternel, qui lui était juif. En prime, je suis donc juive !
Alors si des bien-pensants ont encore quelque chose à redire sur mon humour noirissime ou de chiottes (c'est selon la libre appréciation de chacun), qu'ils n'hésitent pas. Le ridicule ne tue pas.

Pour conclure cette magnifique phrase très connue de mon idole, l'immense Pierre Desproges : " On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. "

Desproges

ArticlepubliéSobusygirls

 

Posté par Lydoue à 09:13 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,