23 avril 2013

RÉSEAUX SOCIAUX ET DICTATEURS EN HERBE

deleteBonjour à l'unique lecteur qui me reste et qui n'ose même plus commenter!

On va lâcher 2 minutes la blogosphère culinaire et ses mesquineries, elle n'en a après tout pas le monopole.
Je vais vous entretenir des réseaux sociaux, enfin de Fesses de Bouc, appelé FB par ses aficionados, et par moi dans ce billet, car c'est plus rapide.

J'ai été très longue à m'y inscrire. Je critiquais le bestiau, juste par rapport à un feeling, d'aucuns diront… "Juste une impression, à peine une sensation"… Et ce, avant même d'être allée l'observer de près, de me jeter dans la fosse aux lions.
Alors un jour, certainement un de ceux où ma connexion neuronale s'effectuait convenablement, je me suis pensée dans ma tête à moi qui m'appartient : Lucette, tu critiques un truc juste sur une impression, mais sans l'avoir vécu, donc c'est idiot de ta part!
Vexée comme un pou sur la tête d'un chauve d'avoir pensé que je pouvais être crétine,  je me suis inscrite. Ah mais ne rêvez pas, pas avec mes prénom et nom… Il me restait tout de même un soupçon de cohérence. Non non, avec un chouette pseudo sous forme de jeu de mots bien grinçant. Non, je ne le livrerai pas ici. Pas la peine de supplier.  Certains le connaissent, mais je ne suis pas adepte du mélange des genres et du traçage virtuel…
Perso, l'étalage de vie privée et habitudes de con sommation (En 2 mots!) assorti de son identité et de ses coordonnées, très peu pour moi! Mais ce n'est pas le sujet du jour, même s'il y a beaucoup à dire sur la manipulation des masses Fessebouquiennes…

Aujourd'hui, je veux parler des "amis". Ah les zamis… Que c'est beau. On en a cent mille à la douzaine sur FB! Encore un grand monde de Bisounours où tout le monde s'aime… En plus, on "like", sans même savoir de quoi il est question, juste parce qu'un "ami" nous le demande!...
Mais franchement de quoi nous plaignions-nous? Notre société contemporaine n'est qu'amour et amitié!
Bon d'accord, elle parle d'ami en ayant totalement galvaudé le sens du terme, confondant, ami avec copain, pote, relation et même… Inconnu!!!
Moi par exemple, je pensais que le nombre de mes amis, les vrais quoi, ceux qui sont toujours là même quand souffle la Tramontane, ne se comptait que sur les doigts d'une seule main et que dans le lot, je possédais la chance absolue d'avoir un meilleur ami et une meilleure amie… Bah non, même en triant à fonds les ballons, j'en ai quelques dizaines… 3 dizaines je crois! Oui, je sais je suis une petite joueuse comparée aux gens que des milliers de leurs semblables aiment d'un amour vrai et profond, d'une indéfectible amitié!

Alors si je trouve à FB plus de tares qu'il y a de cheveux sur la tête à Matthieu, je lui reconnais cependant une qualité. Celle de révéler un côté obscur que les relations non virtuelles s'évertuent à dissimuler : Le censeur, le petit dictateur de bas étage qui sommeille en bon nombre de nous.
Et là, ne vous en déplaise… Je suis hors du coup!
Autant lorsque je parle de tapiner sur les blogs, je parle aussi de moi… Mais pas dans le présent sujet. Et paf!

Je vais développer.
Qui comme moi est une exception, et n'a jamais viré les propos d'autrui, simplement parce qu'ils n'avaient pas l'heur de lui plaire??? Ou, sans explication, ou en se retranchant derrière le fait que ça pouvait atteindre untel ou unetelle (Celui qu'on prend donc pour le con de service incapable de recul ou de se défendre!), même si ça ne leur était pas destiné et que vous ne les connaissiez nullement… Oui tiens… Nullement. C'est exactement ça. C'est nul.
Ça hurle à la censure pour des histoires politiques, accusant Paul Pierre ou Jacques de vouloir dissimuler tels acte ou paroles graves, ça revendique la liberté d'expression au nom de la démocratie, mais sur un médium aussi peu sérieux que FB, et pire sur sa propre page, donc sur le truc le moins essentiel qui soit mais que d'aucun voient comme leur œuvre, où il n'y a aucun enjeu, où on va partager ses états d'âme dont l'humanité n'a rien à foutre, les photo de ses mômes qu'on expose sans penser plus loin que le bout de son nez (Et moins pour ceux qui l'ont long!), des blagues plus ou moins drôles, etc… On ose virer des com parce qu'on ne pense pas de manière identique! Mais on marche sur la tête!!!
 
Le plus crétin qu'on m'ait fait : Virer mon com qui disait juste en riant "Je m'en bats les couettes", à propos d'une demande de clic sur "j'aime" sur la page d'une sportive accusée de dopage! Et ça a été fait par un prof d'université, physicien!... Comme quoi une nouvelle fois, culture et intelligence… Mais attention hein, sa page dégouline de bons sentiments car Monsieur est très impliqué dans la vie religieuse, et au nom de ces bons sentiments il est justifié de censurer…

Perso, j'ai une limite : Pas d'incitation à la haine et au racisme. Ça, même pas en rêve que je laisserai ce type de propos sur ma page FB ou… Ici.
Mais en dehors de ça, à moins que j'oublie quelque chose, non, franchement, je laisse tout, quitte à avoir une discussion animée si je ne suis pas d'accord.

Réfléchissez un instant les censeurs… Faites un instant l'effort de connecter vos neurones. Juste, un instant…
Si vous étiez en situation non virtuelle, donc en présence des personnes et que vous discutiez, vous jetteriez-vous sur elles pour les bâillonner? Leur tireriez-vous un coup de revolver pour les faire taire?
Bien-sûr que non! Vous n'oseriez tout bonnement pas et vous trouveriez celui qui le ferait, au mieux fou, au pire criminel. Bref, vous feriez avec en considérant ne pas avoir d'autre choix que celui d'entendre, si ce n'est celui d'écouter afin de pouvoir objecter des arguments, voire d'assortir le tout de qualificatifs plus ou moins élogieux à propos de votre interlocuteur.
Eh bien c'est pourtant votre attitude dans le monde virtuel : Vous bâillonnez!
Alors, ne vous en déplaise les grands démocrates, je crois que ce monde, FB en premier lieu, révèle une de vos tares les plus vilaines qui soit… Le petit dictateur de pacotille que vous êtes, ce petit dictateur que vous croyez voir chez autrui et que vous conspuez en bon aveugle que vous êtes.
Mais je n'en doute pas, vous trouverez toujours une bonne excuse pour continuer à faire ce qui vous fait hurler quand il s'agit de médias, politique ou finances…

Résumé de votre pensée, si tant est que vous en ayez une : Quand c'est grave il est honteux de censurer, quand ça me concerne et que c'est anodin, je peux le faire.

 

Posté par Lydoue à 15:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,