17 septembre 2015

Ismaël Saidi, arme d'instruction massive !

IMG_20150917_185526

Dans son premier livre intitulé, " Les aventures d'un musulman d'ici ", Ismaël nous conte son parcours, depuis son enfance de gosse issu de l'immigration marocaine jusqu'à la première de Djihad, cette incroyable pièce navigant entre rire et larmes, créée le 26 décembre 2014 et vue aujourd'hui par plus de 30 000 personnes, en Belgique et dans le nord de la France.

Ismaël raconte avec humour, tendresse, amour même, son parcours atypique de jeune " schizophrène ", comme il se définit lui-même, gamin trimballé entre deux cultures, devant sans cesse composer avec celles-ci de manière à ne jamais heurter l'une des deux. A travers son expérience, il nous parle finalement de tous ces gosses nés dans un pays dont la culture, les croyances, sont radicalement différentes de celles du pays de leurs parents... de ces gosses dont l'éducation suit des chemins très différents suivant qu'elle ait lieu dans le cercle familial ou à l'extérieur de celui-ci.
Comment suivre les règles d'éducation posées par les parents sans passer pour un extra-terrestre aux yeux des copains élevés dans des milieux aux coutumes bien dissemblables ? Comment passer d'une école dont la majorité des élèves a la même origine que soi, vers un établissement dont les gosses ne sont pas issus de l'immigration ? Comment se faire accepter dans une institution où la xénophobie est tout de même bien ancrée ?...
Comment se comporter face à l'alternance de coutumes, d'habitudes, tout au long de la journée ? Comment trouver son identité dans une vie où l'on passe plusieurs fois par jour d'une culture à l'autre, dans un monde où on vous considère parfois comme étanger, alors que vous êtes Belge, certes né de parents marocains, mais né vous-même en Belgique, ne connaissant du Maroc que Tanger, un mois par an durant les grandes vacances ?!
Comment aimer secrètement la belle Gabrielle quand on est un gamin musulman ? Comment ne pas tomber du côté obscure de la force ? Comment... Comment... Comment... ???

Et puis comme si tout cela ne suffisait pas, comment surtout accepter d'être différent. Non pas en termes d'origines, parce que ça c'est déjà fait, mais d'âme...
Comment accepter que l'on n'entre pas dans les standards, que l'on ne ressent pas, que l'on ne comprend pas les choses comme le commun des mortels... que l'on est tout bonnement... un artiste !!!
Cette acceptation sera sans doute celle qui mettra le plus de temps à se mettre en place.

Mais Ismaël ose aussi. Il ose choquer, dire la réalité sans fioriture. Il parle de mort. Crument. Presque chirurgiqualement. Parce que certaines fêtes musulmanes sont un peu éloignées du pays de Candy et de celui du Père Noël, et parce qu'il a été flic de terrain...
Alors il raconte, même si ça doit faire tâche dans le paysage. Même si on doit lui en vouloir... à commencer par certains de ses co-religionnaires. Mais de cela il a l'habitude, parce que Djihad n'a pas toujours été bien reçue au sein même de sa communauté.
Il assume. Il ne renie rien. Il a du cran Ismaël.

Malgré tout, Ismaël nous parle surtout d'amour. De cet amour qui l'a construit, façonné.
De cet amour familial, partagé, notamment, avec ses parents, si pudiques, qui ne disent pas, mais lui en font comprendre la réalité par des messages symboliques laissés ça et là ; de celui partagé avec ses enfants et sa femme, toujours là, comprenant, soutenant... aimant tout simplement ; de celui pour certains enseignants qui n'ont pas vu en lui un étranger, mais un gosse brillant méritant d'être écouté ;  de celui pour ses amis...

Et enfin,  il y a la religion dont il n'a tiré que les beaux enseignements...
J'avoue avoir du mal à comprendre, moi qui suis, comme je l'ai déjà exprimé sur ce blog, non pas athée mais parfaitement anti-religion (j'en parle ICI).
Je ne crois pas qu'Ismaël aurait été autre sans ce que lui a enseigné le Coran, parce que outre sa nature profonde, il a toujours été entouré d'amour, il a toujours côtoyé des personnes contrebalançant l'influence néfaste que d'autres auraient pu avoir sur lui.
Je ne comprends pas comment on peut croire en ce que je nomme, des " superstitions qui ont mieux réussi que d'autres ", lorsque l'on est si érudit. Mais les curés ne disent-ils pas : " Il est grand le mystère de la foi... "  Ce qui, effectivement pour moi, est carrément un gouffre !!!
Alors, je ne juge pas (ça me change !)... parce que comment juger Ismaël, lui qui n'est qu'amour ?!

IMG_20150917_185551

C'est simple, ce mec est un soleil !
Sérieux... s'il était homologué, il ferait un bien meilleur temps en Belgique !
Collez Ismaël dans une pièce... et c'est toute son atmosphère qui en est changée. Les sourires s'affichent, la douceur s'installe. C'est un aimant à bonheur.
Finalement  ne viendrait-il pas d'une autre planète.
Maintenant que j'y pense... non séreiux, ça fout les jetons hein ?!
J'ai peur soudain.
C'est pire qu'un étranger...
E.T est vraiment parmi nous...
Peuuuuuuuur !...
                                                                                                 ______________________________________

Pour info, Djihad, sera jouée samedi 3 octobre au théâtre Saint Michel de Bruxelles. Prix des places, 10€.
Tous les bénéfices seront, de suite et intégralement, reversés au SAMU Social.
En assistant à la représentation (il y a aura en bonus, une première partie avec des artistes invités... sketches, musique, etc...), en plus de passer un moment unique, vous ferez un très beau geste de solidarité envers les plus démunis.
Réservez vite à cette adresse : Théâtre Saint Michel. Il n'y aura pas de place pour tout le monde, et Djihad ne sera plus jouée avant longtemps à Bruxelles, puisqu'elle part en tournée.

"Bon, et si on rajoutait un peu de solidarité dans ce monde qui sombre.
Il y a des réfugiés au parc Maximilien à Bruxelles et dans les centres de Fedasil. Ils ont reçu des vêtements et de la nourriture mais ils ont un cruel besoin d’aide médicale.
Et ça, ça coute cher...
Notre troupe a décidé de leur venir en aide. Et avec le soutien de ce magnifique théâtre qu’est le Théâtre Saint-Michel, nous organisons une soirée spéciale "Djihad" le samedi 3 octobre 2015 à 20h.
L’entrée est à 10 euros et l’entièreté de la recette (j’ai bien dit la recette donc le moindre euro) sera reversé le soir-même au Samu Social qui essaie de gérer comme il peut cette situation difficile.
Alors si vous avez envie d’aider, venez ! C’est le moment. Nous ne jouerons plus Djihad à Bruxelles en tout public avant un bout de temps donc profitez-en.
Ils ont besoin de nous et il est temps que la solidarité prenne le pas sur les joutes verbales politiques stériles.
En tant qu’artiste, tout ce que nous pouvons faire, c’est donner tout ce que nous savons faire, tout ce que nous sommes à ceux qui ont été chassé de chez eux et qui ont vu la mort de près.
Vous, vous pouvez les aider. En donnant 10 euros pour ce ticket de théâtre, vous leur offrez un morceau de vie.
Et en échange, nous vous offrirons du spectacle, de l’amour, du rire, des pleurs, des chansons inédites, des sketch inédits.
Ca va être la soirée la plus folle de votre vie !
Il y a 1200 places au Théâtre Saint-Michel, alors imaginez combien vous pourrez offrir en donnant 10 euros....
Qui que vous soyez, d’où que vous veniez : Venez !
C’est le moment : juifs, athées, musulmans, chrétiens, homos, hétéros, noirs, blancs, bronzés, jaunes : Venez ! Mélangeons-nous pour aider !
C’est le moment pour tous les quartiers de cette ville de se rejoindre sur la place Montgomery, dans cette magnifique Cathédrale et de rire et vibrer ensemble, réellement ensemble !
A tous ceux qui sont dans ma liste, partagez ce message, faite-le circuler, s’il vous plaît.
A tous les journalistes qui sont dans ma liste, s’il vous plaît : aidez-nous, aidez-les, faites passer le message, dans vos journaux, sur vos plateaux, dans vos blogs, dans vos émissions, dans vos radios, partout.
Aux femmes et aux hommes politiques qui sont dans ma liste : faites passer l’information, venez, envoyez vos équipes, vos familles. Oublions le temps d’un soir les différences politiques, oublions la gauche, la droite et leurs extrêmes.
Aux responsables d’associations : mobilisez vos troupes, venez en masse.
Ces femmes et ces hommes ont été chassé par des soldats de la haine, réunissons-nous en soldats de l’amour et aidons-les !
La solidarité, c’est inné ! A nous de le prouver !
"

Ismaël Saidi "

Posté par Lydoue à 19:40 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,