25 septembre 2015

YOUPINS ET BOUGNOULES NE SONT PAS SUR LE MÊME BATEAU...

Je vais encore en hérisser certains. J'ose encore le politiquement incorrect, j'ose choquer. Choquer, mot à la mode s'il en est, chez le ziva de base, mais qu'il emploie à mauvais escient. " Ouais, ça m'a choqué ! " (avé l'accent siou plé...)
Pour info, le verbe choquer signifie que l'on va à l'encontre de certains principes moraux, que l'on heurte la sensibilité... mais pas que l'on est étonné ou triste !
Ceci étant précisé, venons-en au fait.

Mon petit camarade Ismaël Saidi, dont j'ai déjà parlé dans ce billet, ISMAËL SAIDI, ARME D'INSTRUCTION MASSIVE, et dans celui-ci, RECRUTEMENT POUR LE DJIHAD, a commis le petit laïus qui suit en accompagnement d'une de ses interviews diffusée sur un réseau social : " La culture est restée très, très fermée pendant très, très longtemps...les théâtres, ils nous appellent lors de la semaine de la diversité ou lors de ce que j'appelle, moi, le Bougnoule Day et ce afin de pouvoir justifier leur subsides... "

Bougnoule Day ! Non mais sérieux ! Je suis fan de son humour noir ! Et je n'ai pas été la seule, car ce dernier a largement été salué, y compris par des commentaires hilares.

En réponse, et dans le même ton, j'ai mentionné le Youpin Day, 6 septembre, jour où Ismaël avait joué sa pièce " Ceci n'est plus un couple " (hilarant divorce d'un musulman et d'une juive), au musée Juif de Belgique. Il est évident que je n'emploie pas habituellement ces termes insultants, nauséabonds !
Et là... silence. Un troupeau d'anges est passé. Ou de mouches... parce que je ne suis pas sûre que ce silence soit bien encourageant. Le silence gêné... le malaise était palpable...
Bougnoule, okay ! Mais Youpin, tout de même, y a des limites !!!
De là à penser que bougnoule est intégré dans le vocabulaire, alors que youpin reste tabou, il n'y a pas loin... et c'est très inquiétant.

Alors me direz-vous, les gens qui ont commenté savent qu'Ismaël est d'origine arabe et peut donc se permettre de choquer en nommant ainsi sa communauté. A contrario, puisque tu ne faisais que commenter, les mêmes ne savent pas forcément que tu es juive.
Okay, admettons, ils ne savent pas " forcément "... ce qui induit qu'un certain nombre le sait, mais n'a pas plus réagi. Et c'est ce qui me gêne... ce deux poids deux mesures. Parce que mon " youpin " n'est rien d'autre que le pendant de " bougnoule " ; il n'est pas moins, il n'est pas plus.
On ne peut visiblement pas faire d'humour noir sur les juifs, même si on l'est soi-même, ou alors il faut que ce soit en comité extrêmement fermé et... préparé psychologiquement ! Par contre, en ce qui concerne les Arabes, là, les verroux ont sauté, on peut se lâcher !

Eh oui, ce n'est pas tant le fait de ne pas avoir provoqué de réaction qui me navre, car le terme de youpin n'est pas drôle, mais... ce que ce silence sous-tend vis-à-vis des Arabes, quand bougnoule fait se gondoler de rire...
Je m'interroge sur la nature de ce rire décomplexé, tout comme Bedos se questionne sur la qualité de certains rires...

unes-celebres-charlie-hebdo-intouchables

 

Posté par Lydoue à 15:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


04 février 2015

RECRUTEMENT POUR LE DJIHAD !...

Faire son Djihad... je suis pour, je vous convie tous à vous y engager ; à, comme Namoureux et moi, suivre Ismaël Saïdi et ses compagnons sur les routes du Djihad !

Hier soir, nous avons passé une magnifique soirée en compagnie de Djihadistes au grand cœur. Ils nous ont raconté leurs motivations, mais aussi expliqué leurs doutes. Ils ont raconté les morts, les prises de conscience trop tardives, le retour vers le néant, l'incompréhension. Ils nous ont fait rire avec leur naïveté... tel le ravi de la crèche, instruit, qui a fait des études supérieures, mais ne comprend rien à ce monde. Nous nous sommes gondolés de rire face à l'absurde, l'inconscience...
Ils nous ont expliqué le Coran, ou plutôt leur ignorance des textes, car ils n'en connaissent que ce que certains leur rabâchent, sans jamais l'avoir lu eux-mêmes... et nous avons ri, mais ils nous ont aussi parlé des raisons les poussant à devoir haïr et tuer ceux n'épousant pas leurs idées... et nous avons ri...
Et puis la mort est arrivée... et là... plus de rire. Juste des cris, des sanglots, des larmes retenues avec peine tant l'émotion était forte... y repenser pour écrire ses mots me fait remonter les larmes...

Ismaël le sage ;  Reda le fameux ravi de la crèche amoureux de la mauvaise femme, présent par accident sur le chemin du Djihad ; Ben, l'ancien rockeur repenti... mais aussi Michel, l'Arabe chrétien, nous ont entraîné entre rires et larmes, dans un tourbillon sans une seule minute de répit, jusqu'à ce que...

Ismaël, 38 ans, ancien flic, ayant étudié les sciences humaines et sociales dans une université catholique (oui, lui, le musulman), a grandi dans une commune défavorisée de Bruxelles... et ne lui parlez pas " d'intégration " !  Il est Belge ! Pas immigré... il ne ressent en aucune manière le besoin d'être intégré ! Suite à une discussion qu'il a eu avec le bourgmestre (maire) d'Auderghem (une des 19 communes bruxelloises), ce dernier a donné cette INTERVIEW. Il semble donc que les propos d'Ismaël aient été entendus, et compris (minute 12'08'') !
Ismaël a écrit et mis en scène Djihad,  cette pièce qu'il interprète, de façon bouleversante, avec ses amis. Il s'est servi, naturellement, de ce qu'il a observé dans sa ville, du vécu des gosses laissés pour compte qui un jour basculent après avoir écouté les sirènes mortelles des faux prêcheurs de paradis... ces paradis artificiels... comme autrefois, mais si différents... autres temps, autres mœurs... plus mortels encore que le LSD...
Ismaël maîtrise à la perfection l'art dramatique... le rythme est soutenu, il alterne sans cesse entre rire et larmes, larmes et rire... Il ne tombe jamais dans la facilité, aucun pathos, le ton est juste... parfait.

Quand les lumières se rallument l'émotion est palpable... et Ismaël garde longtemps encore les larmes aux yeux, ému par ses mots, par le personnage qu'il incarne, par sa détresse,  mais sans doute aussi par ce partage avec la salle...

Le bouche à oreille fait son travail, toutes les représentations ont été prises d'assaut, les gens devant même s'installer sur les marches !!! Les scolaires de toutes les communes bruxelloises viennent, et Ismaël tient à ce que les origines sociales soient mixées. Ce soir, c'est la dernière... enfin, officiellement. Parce que le Djihad d'Ismaël a un bel avenir devant lui... il devrait partir en tournée et... est même prêt pour l'exportation. Une adaptation, avec des dialogues " spécial France " demandeuse de ce Djihad plein d'amour, est prête. Oui parce que citer Molenbeek, des stations de métro bruxelloises, etc... ça ne parlerait pas vraiment au public gaulois !

Alors, puisque l'aventure djihadiste ne fait que commencer, je vous convie du fond du cœur à être attentifs afin de ne pas louper l'opportunité de voir cette magnifique pièce si elle est jouée près de chez vous. Mais... vous pouvez aussi faire des kilomètres pour aller l'applaudir, car elle en vaut vraiment le coup !!!
Pour info... à Bruxelles, les places nous ont coûtées 5€ chacune !

Cette pièce devrait être déclarée d'utilité publique !

Merci merci merci, encore mille mercis à Ismaël, Reda, Ben, Shark Carrera (Michel) et à tous les gens qui permettent à cette pièce de vivre...

Djihad



Je me permets de partager un texte d'Ismaël Saïdi. Ma copine Fouphie l'a partagé sur un réseau social... et c'est ainsi que " j'ai fait la connaissance " d'Ismaël...
Ce texte m'a beaucoup touchée, et j'espère qu'il en sera de même pour vous.

Texte de Ismael



Bien entendu, Ismaël peut rectifier mes propos s'ils comportent des erreurs... et s'il préfère que je retire son texte (A l'heure où j'écris, il est sur scène, et je ne lui ai pas demandé la permission de le publier), aucun problème.


Posté par Lydoue à 21:28 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,