22 novembre 2015

DÉJEUNER EN PAIX...

tour eiffel

Une semaine déjà... vendredi 20 novembre, je rentre à Bruxelles, moi la Française expat qui viens de passer la semaine à Saint-Denis. Une semaine entre colère, larmes, sidération, déprime. Une semaine à quand-même sortir malgré les massacres à Paris, les fusillades sans fin à Saint-Denis, les inquiétantes explosions en soirée suite aux interventions du RAID et de la BRI... Une semaine à regarder autour de moi, à changer mon regard, à oublier l'insouciance en étant à l'extérieur, à rester rivée à l'actu entre espoir d'une éclaircie, d'arrestations, mais aussi angoisse de nouvelles horreurs.
Une semaine déjà... je viens de passer la frontière, j'estime à plus de 6 kilomètres les bouchons pour entrer en France, comme à l'aller où j'ai mis 6H00 pour faire Bruxelles / Paris, au lieu des 3H00 habituelles. J'ai écouté France Info tout le long de la route, je n'arrive pas à lâcher l'actu.
Pas un policier, pas un douanier dans le sens du retour. Les Belges ne tentent-ils donc pas de sécuriser un minimum les frontières ?... France Info se brouille dès l'arrivée sur le sol belge, je change de station, je zappe sur les radios du pays, et là, stupeur... Un intervenant ose prétendre que les Français sont dans la paranoïa, d'autres ironisent sur le fait que les Français s'interrogent sur le sérieux du renseignement belge, d'autres encore font des gorges chaudes à propos de l'indécente discorde des deux édiles de Levallois et de Molenbeek...
Une semaine déjà... un de mes copains belges fait du mauvais esprit sur un réseau social en collant le drapeau de son pays d'origine pour faire concurrence au français qu'il trouve trop présent, et approuve un de ses amis accusant les Français de nationalisme, laissant amalgamer nationalisme et patriotisme, sans comprendre que c'est le monde démocratique et libre qui arbore notre drapeau national comme un symbole de liberté. Juste déplacé, honteux en ces terribles jours.
Un de mes contacts belges ironise sur l'état d'urgence décrété en France et partage des liens vers des articles non documentés, voire mensongers, dénigrant les mesures gouvernementales. C'est vrai, on a besoin des étrangers pour en rajouter une couche, certains de nos députés et les excités des extrêmes ne suffisent pas pour hurler à l'atteinte aux libertés !
Une semaine déjà... tous ces êtres plein de vie, de gaieté, qui aimaient s'amuser, se cultiver, se réunir, vivre tout simplement, ne riront plus jamais, ne verront plus les beautés de ce monde, laissant les leurs anéantis, et la France en pleurs... et ici, ils osent, ils osent l'indécence. Encore une fois, comme au début 2015 (ICI), et quoi qu'ils puissent tenter de faire croire, ils n'ont rien compris. Rien compris parce que finalement, rien ne s'est passé sur leur sol, parce que même si la Belgique est impliquée de plusieurs façons dans les massacres de vendredi passé, ils restent spectateurs. Et j'espère de tout cœur qu'ils le resteront.

Et puis ce matin. Nous sommes le 21 novembre. Je me réveille chez moi, dans une des communes de Bruxelles.
Ce matin Bruxelles s'est réveillée en état de choc. Le niveau de menace terroriste est à son maximum, le danger est estimé à 4 sur une échelle de 4.

Gd PLace

La police, l'armée sont partout, des véhicules militaires ont investi les lieux touristiques, les lieux de sorties, de fête, le quartier européen de la ville. Tous les grands évènements sont annulés, nombre de magasins, centres commerciaux fermés, lieux de rassemblements, de sport, métro, aussi fermés, etc... ICI.
Le pays a été rattrappé par l'angoissante réalité sécuritaire qui ne fait pas que squatter chez le voisin. Les rues sont vides alors qu'elles devraient fourmiller de monde en ce samedi où on pensait plus aux achats de Noël qu'à rester chez soi, les restaurants et cafés sont fermés ou désertés. ICI. . Etrangement à côté de Bruxelles, Paris, la France semblent plus calmes.

Putain de paranoïa et d'état d'urgence n'est-ce pas ?!!!

piétionnier

Avertissement : tout commentaire polémique envers la France ou/et les Français sera effacé. Pas démocratique ? Je balaie comme je l'entends chez moi, j'ai assez donné ces derniers temps. Moi aussi je décrète l'état d'urgence sur mon blog, et sans vote !