Aujourd'hui je n'écris pas... je partage.
Je partage le billet d'une copine aux talents multiples et variés, dont celui de l'écriture.
Je partage ses mots pour tenter de calmer ses maux et ceux de nombreuses personnes atteintes par ce mal, mais que les psy diagnostiquent, au mieux tardivement, au pire comme étant de simples dépressifs.

So est bipolaire, et explique avec un talent fou ce qu'elle vit.
Et non, So n'est pas une dingue comme ceux qui vous font marrer ou vous font peur dans les HP... elle ne divague pas non-stop la bave aux lèvres. So est une jolie nana, mariée à un mec qui l'adore, ils ont un petit, elle a une jolie maison, elle discute très agréablement, possède un super humour... bref, elle est brillante... et, bipolaire, comme bien d'autres personnes, personnes que vous côtoyez peut-être sans imaginer le moins du monde le mal qui les ronge.
Oui, elle a une maladie mentale... alors, bien que ses billets de blog aient déjà été fort commentés, celui-ci est passé sous silence... personne ne moufte, ne répond, personne ne like sur les réseaux sociaux, personne ne partage... tout le monde  a peur. Bah oui, des fois que la bipolarité soit contagieuse, vous saute dessus !

Alors, comme personne ne relaye, j'ai décidé de partager sur mon blog et de vous demander, s'il vous plaît, d'en faire autant... de relayer ce billet si talentueux et utile. Utile pour elle, parce qu'enfin elle parle à découvert de sa maldie ; utile pour autrui, car ainsi peut-être que des personnes atteintes par ce mal se reconnaîtront et ne penseront plus être juste... dépressives, mais pourront, grâce à cette piste, se mettre en quête de professionnels sérieux capables de les aider réellement.

" Il y a des semaines (des mois) que ce billet attend, pris à bras-le-corps, retourné dans tous les sens, abandonné puis retrouvé. Je voudrais te parler de plein d'autres trucs bien plus marrants (le henné rouge de chez Lush, par exemple), mais je lui ai promis qu'il serait le prochain alors il est temps qu'il sorte de sa cachette histoire qu'on puisse reprendre tranquillement notre place dans le canapé.

Puis je pense qu'il y a des moments dans la vie. C'est un peu comme la cuisson des pâtes. Un peu de patience, et à sept minutes elles sont parfaites. A six elles auraient été immangeables, à huit ramollos. Et là, c'est le moment.

Je suis bipolaire.

Malade depuis environ dix-huit ans, diagnostiquée depuis un an et demi.

Et puisqu'il n'y a rien de plus parlant que des chiffres, j'ai passé en tout plus d'un an en psychiatrie, changé trois fois de psychiatre, cinq fois de psychologue, voulu mourir un bon millier de fois et réellement essayé quatre fois. Maintenant j'avale sept pilules par jour (qui, tant qu'on y est, m'ont fait prendre vingt kilos), je vois mon psy(chologue) une à deux fois par semaine, et mon psy(chiatre) une fois par mois quand tout va bien. C'est-à-dire quand je n'ai décidé ni de me pendre, ni de traverser l'Atlantique à la nage pour rendre visite à ma petite soeur.

Suffit pour les calculs mentaux, je crois que t'as saisi l'idée.

Maintenant, le contexte... "  Pour lire la suite du billet, cliquez sur le début que vous venez de lire ! ;)

Merci de partager un maximum, de permettre aux mots de So de faire la tour de la planète, de permettre de lever un pan du voile, que dis-je, de la chape de plomb entourant cette maladie.
Et n'oubliez pas de lui laisser un petit mot sur son blog... ça lui fera du bien n'en doutez pas. :)

LA VIE DE SO...

La vie de So...